lundi 12 mars 2012

texte de Sophie Mignot


J’étais venue ici, car je voulais écrire 
Cela est  ma passion, oui, j’ai dû vous le dire.
Je connaissais déjà, certains de l’Oulipo     
Qui aiment à fabriquer, des jeux avec les mots                                       

Dès le lundi matin, dans un hameau  dissout                                                     
Délaissé par l’humain, pour cause de gros sous  
Il nous fut proposé, un peu comme un baptême         
Un texte sur ce lieu, en forme de poème.

Survint l’après-midi, il fallut décider 
Avec quel oulipien, nous allions composer
Le fonds des ateliers demeurait un mystère          
Je choisis au hasard, n’ayant aucun critère.

De fragments condensés, proposés par chacun                                   
Sortit un texte neuf,  écrit à plusieurs mains.
Et le plus étonnant dans la proposition 
Il se renouvelait  à chaque autre diction

Les extraits rédigés sur des bouts de papier             
Etaient tous mélangés avant d’oraliser
Peut-être est-ce un effet de la Pirouésie    
Toujours s’en dégageait un air de poésie
                       
Le lendemain matin,  à nous les citadins                            
Il nous fut suggéré d’aller voir un jardin
Une autre idée jaillit, qui m’attira l’oreille
Tiens un chœur de lecteurs. C’est quoi  cette merveille ?     

Le plaisir consistait, dans un texte d’auteur         
A y intercaler, on devient créateur
Quelques mots bien choisis, d’un autre écrit connu                                        
Et puis de lire en chœur, le récit obtenu.
                       
Je ne connaissais pas ce Félix Fénéon
Son œuvre nous permit d’être un caméléon       
Il raconte en trois mots, de tristes faits divers             
Nous pûmes ce jour là,  devenir des trouvères

L’horreur de cet humain qui par sévérité    
Trucida son enfant, aucune humanité.
Après tirage au sort, devint sous nos crayons          
Un récit transformé de mille et une façons.

Il fallait bien ici, un  moment de sérieux           
Martin nous proposa, en ce matin pluvieux
De rédiger ce jour,  un nouveau règlement      
Pour qu’enfin les autos roulent plus aisément


Enfin pour clôturer,  cette folle semaine 
Nous voulions présenter nombre de spécimens
Parmi tous les écrits, il a fallu choisir    
Ceux là qui seront lus, pour notre grand plaisir

Merci aux oulipiens qui procédèrent au choix         
Pas évident c’est sûr,  l’action qui leur échoit      
Devant les beaux écrits qu’ils ont pu parcourir        
Sans doute beaucoup plus, auraient voulu élire.

Guidés par Olivier, en un après-midi      
Nous avons travaillé comment doit être dit
Un texte oralisé, pour prendre sa valeur             
Et pouvoir déployer ses multiples couleurs.

Un abondant public, sur les bancs se serrait            
Impatients d’écouter, les scènes préparées
Ils ont bien applaudi, les enfants tout d’abord
Nous avons découvert une autre Boucle d’or                 

Des différents écrits, choisis et lus par moi 
Un en particulier, me causa de l’émoi
Je crois que c’est surtout, de par son caractère        
Inédit, surprenant, d’écriture éphémère

Quand j’en eus terminé, à terre répandus                       
Tous les papiers bristol,  de ces mots entendus.
Me firent un bel effet, et beaucoup d’émotions
Ils seront ramassés pour une autre cession                                   

Pour nous réconforter, après tous ces efforts,           
On servit au jardin, bulots cidre et consorts
Il n’est pas de soirée, dans la Pirouésie        
Ou ne soient proposées,  toutes ces fantaisies

Nous avions discuté, dans tous nos ateliers           
Avec Maitre Salon, du problème des pieds.             
Il fit montre je crois, là d’une intransigeance                       
J’ai voulu dans ces vers, oui, la même exigence









                       

Aucun commentaire:

Publier un commentaire