jeudi 1 décembre 2011

la lumière





Je mâche la lumière
Le jour s’inscrit au ciel comme un murmure bleu
Je mâche la lumière
Ca me grandit, un peu.

Ca me transperce aussi, ça s’enroule à mon cou
Les rayons sur nos peaux en partage ont bon goût
C’est comme un ouragan qui vient me chercher loin
Qui bouscule mes sens, colore les matins
Une présence infime
Jusqu’alors oubliée
Une élégance intime
Qui m’avait échappé
Une évidence ultime
Que je ne cherchais
plus

Je lâche la lumière
La nuit s’ancre déjà sur la mer en miroir
Je lâche la lumière
Je n’ai pas peur du noir

(Amélie Charcosset)







Aucun commentaire:

Publier un commentaire