PNPH 2015- en péri-scolaire




Pirouésie / Collège de Lessay / 2015
Atelier de Robert Rapilly & Florine Couillard

POÈME À CINQ MAINS
par Adeline, Armelle, Florine, Manon, Robert

La salle est remplie de jeunes personnes presque pareilles,
à l’imagination débordante et belle.

Le lapin de mon voisin a comme la rage qui le ronge :
depuis longtemps d’après mon frère.

Quand j’ai vu cette adolescente, elle avait chanté, joué du piano,
fait du roller et pris des photos toute la journée.

Il ne faut pas se tromper de chemin,
même s’il ressemble à celui que j’ai pris il y a deux minutes.

Trop fort ce poème, regardez :
maintenant il est parti en vacances !

La seconde semaine, les rumeurs avaient bien circulé : l'atelier , timidement démarré  la semaine passée, avec trois collégiennes, comptait quatorze participants ! Robert était revenu avec Benoît. 

***********************************************************

A St Germain, Créances, Vesly, Pirou,  sur le temps de midi ou l'après-midi après la classe, Robert a amené les enfants à imiter Robert Desnos et ses fourmis. 

D’après Robert Desnos :
Une fourmi de dix-huit mètres
Avec un chapeau sur la tête,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une fourmi traînant un char
Plein de pingouins et de canards,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une fourmi parlant anglais,
Parlant latin et javanais,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Eh ! pourquoi pas ?
*
Justine :
Un chaperon vert dans un conte vrai
Avec des yeux de libellule sur les jambes,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Un chaperon vert traînant une vachère
Pleine de moutons et de cochons,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Un chaperon vert parlant patois,
Parlant en postillonnant sur ses lunettes,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Eh ! pourquoi pas ?
*

Léopold :
Une tractopelle atomique qui boit du pastis
Avec un verre vide dans le nez,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une tractopelle atomique traînant une boîte d’allumettes
Pleine de pétards silencieux et de chewing-gums bavards,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une tractopelle atomique parlant allemand,
Parlant espagnol et américain,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Eh ! pourquoi pas ?

Louise :
Une pomme de terre qui saute de Créances à Pirou
Avec des lunettes rondes sur les yeux,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une pomme de terre qui saute en traînant un tracteur
Plein de cochons et de vaches,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une pomme de terre qui saute en parlant anglais,
En parlant français et espagnol,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Eh ! pourquoi pas ?
*
Lucas :
Une star de cinéma qui fait des caprices
Avec une bière dans son chapeau mexicain,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une star des sciences traînant un sac très lourd
Plein de livres et de feuilles,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une star malheureuse parlant créançais,
Parlant pirouais mais pas anglais,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Eh ! pourquoi pas ?
*
Rosana :
Un chien qui vole de Lessay à Pirou
Avec des livres sur ses ailes de chien,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Un chien qui vole en traînant une télévision
Pleine de souris et de rats,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Un chien qui vole en parlant espagnol,
Ou en disant « Je n’ai pas fini ! »,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Eh ! pourquoi pas ?
*

Aucun commentaire:

Publier un commentaire