Ateliers 2015


                                 Petite morale portative          (Coraline)

            Forme légère                         Caillou sonore
                                     Papillon

            Oeillet poétique                    Pommier débutant
                                     Souvenir


                                  Ce souvenir
                                  Qui vient
                                  Avec
                                  La voix

            Anna absente                        Anna excusée
                                    Anna


Sandrine Doriné

Lundi 20

Remembrement (Coraline)


À supposer… à la manière de Jacques Jouet (long texte en une seule phrase) à partir des petites morales élémentaires remembrées collectivement par troc de parcelles littéraires. Obligation d’utiliser ces nouvelles parcelles ainsi que celles qui nous restent. Il s’agit là du véritable échange traditionnel entre exploitants plutôt qu’un remembrement autoritaire…


À supposer que l’on me demande ce que deviendra l’arbre champêtre afin qu’on puisse avoir une vision non fragmentée du prochain espace rural qui devra, par la force des choses, être durable et développé en dehors de tout productivisme effréné qui condamnerait le futur à titre indicatif, je répondrai qu’il est souhaitable que la transmission permanente de tous ces virages humains ne donne plus le tournis à une collaboration harmonieuse et ancestrale de l’homme et de la nature et non de sa nature qui par nature ne semble pas si bonne que cela, aussi j’ajouterai qu’il est indispensable de ne point se focaliser sur les blocages urticants qui feraient de notre bocage ayant déjà une asymétrie en regard de notre pensée bipolaire toujours hésitante entre faut-il avoir de la nature ou non ; en supposant même que notre arbre champêtre ne se retrouve pas esseulé contre l’eau, contre le vent, élevé au cœur d’abris pâlis qui ne protègent plus rien sinon la ronce vraie à l’aplomb de la chaleur granitique des changements radicaux, je dirai même alors que j’espère que la forme de nos écrits portera nos voix au-delà des ombelles bocagères et les gravera dans la pierre et définitivement dans l’écorce de notre arbre champêtre.

Yves

Poèmes fondus en pantoum(Nadège)                                          


Etape1.

Poème fondu  : Ecrire deux octosyllabes rimés en utilisant exclusivement les mots d'un texte , pas forcément dans l'ordre.

Etape 2. Ecrire un pantoum avec les différents octosyllabes écrits par les participants sur un même texte.

Pantoum : strophes de 4 vers en rimes croisées avec répétition codée des vers
Les vers en 2ème et 4ème position se retrouvent en 1ère et 3ème position dans la strophe suivante. On termine par le 1er vers.
1ère strophe [1-2-3-4 ]               2ème str.[2-5-4-6]           3ème str.[5-7-6-8]           4ème str [7-9-8-1 ]

Textes de départ : Poèmes en prose choisis dans : Francis Ponge "Le parti pris des choses"

La bougie
             La nuit parfois ravive une plante singulière dont la lueur décompose les chambres meublées en massifs d'ombre.
             Sa feuille d'or tient impassible au creux d'une colonnette d'albâtre par un pédoncule très noir.
        les papillons miteux l'assaillent de préférence à la lune trop haute, qui vaporise les bois. mais brûlés aussitôt ou vannés dans la bagarre, tous frémissent aux bords d'une frénésie voisine de la stupeur.
             Cependant la bougie, par le vacillement des clartés sur le livre au brusque dégagement des fumées originales encourage le lecteur, - puis s'incline sur son assiette et se noie dans son aliment.
 Francis Ponge "Le parti pris des choses"




La bougie

La nuit ravive la stupeur
Au creux d'une feuille dorée
Mais encourage le lecteur.
Aliments d'ombre, bois fumé.

Au creux d'une feuille dorée.
Le noir vacillement des bois
Aliments d'ombre, bois fumé,
Au bord de la stupeur se noie.

Le noir vacillement des bois
La feuille d'or, son aliment,
Au bord de la stupeur se noie.
Ravive son vacillement !

La feuille d'or, son aliment,
La nuit d'or ravive l'assiette.
Ravive son vacillement,
Vacillement de colonnette.

La nuit d'or ravive l'assiette.
Noie le pédoncule au lecteur,
Vacillement de colonnette…
La nuit ravive la stupeur.


Collectif

Mardi 21

Bristol: échauffement danse (Pablo/Olivier Viaud)                

Etape1.
Les danseurs s'échauffent au rythme des suggestions d'Olivier  ; Pablo traduit les suggestions en consigne syntaxiques d'écriture; Chaque écrivant écrit sa proposition, en s'inspirant des danseurs sur un bristol.
Suggestions aux danseurs
Contrainte aux écrivants
Exemple  :
Les pieds
un serpent
les quatre appuis
la caresse
patiner

la main
la tête
le bassin
le genou

Métaphore
Métaphore +Allitération
Verbe de 4 syllabes
CC de manière
Adverbe
Adjectif asexué
Syntagme nominal avec main
Syntagme nominal avec tête
Syntagme nominal avec bassin
Syntagme verbal avec genou
Tel une couleuvre endormie
Ainsi qu'une sangsue sans souci
Circonvulser
En frémissant
Rapidement
Souple
Une main courante
Un tête à tête
Au fond du bassin
Graisser le genou


Etape 2. Les bristols sont mélangés; puis lus à tour de rôle par les écrivants  puis lancés sur la piste de danse; les danseurs s'en inspirent pour leurs mouvements.

Non, mon amour, non + Chapeau melon (Pablo)    Mardi 21

D'après une contrainte d'Edouardo Berti : Non, mon amour, non  ;
Textes très courts mettant en lien deux mots aux sonorités proches

exemple : 
Non, mon amour, non,
un mélanome
ce n'est pas un amateur de musique
sinon ce serait un mélomane.

[ ou :
Non, mon amour, non,
un mélanome,
n'est pas un amateur de musique,
 sinon ce serait un mélomane.)


Non, mon amour, non,
un chapeau melon
ce n'est pas un amphibien prêt à éclater,
sinon ce serait un crapaud ballon

Non, mon amour, non,
un chapeau melon
ce n'est pas un étendard pour huîtrier pirouais,
sinon ce serait un drapeau belon

Non, mon amour, non,
un chapeau melon
ce n'est pas la clape d'une automobile accidentée,
sinon ce serait un capot mi-long

Non, mon amour, non,
un chapeau melon
ce n'est pas l'homme dont tu rêves en secret,
sinon ce serait un beau garçon.

Brigitte



Nouvelle à danser (Pablo)        ………………………………..        


        Ecrire, pour qu'un danseur puisse la chorégraphier,  une nouvelle dont le début et la fin, issues de chansons des Beatles, sont données.
        Avec éventuellement la présence d'un objet commandé par le danseur.

        Elle entra par la fenêtre de la salle de bains et prit soin d'en refermer soigneusement les deux vantaux.
                Ensuite, elle s'accroupit sur le rebord, et, tous sens éveillés, elle fixa le fil de lumière qui soulignait la porte de gauche. John était donc bien là, bien que l'on n'entende rien !
                Lorsqu'elle releva  la tête, prête à descendre par l'escabeau, le bord de sa jupe accrocha un cactus. En tombant, il griffa légèrement son mollet avant de s'écraser sur le carrelage. Un pied posé sur la poignée arrondie formée par le haut de l'escabeau, alors qu'elle essuyait d'un doigt humide une perle de sang, un rayon  lumineux traversa la pièce.
                Comme  l'éclair elle s'enroula derrière l'escabeau lorsque Yoko apparut, accompagnée de la voix de John: "Oui, Chérie, tu peux prendre la voiture."
Brigitte


Mercredi 22


Rondel - Victor Hugo à Granville (Antoine)                         


Rondel : (Charles d'Orléans et repris par Mallarmé)
2 rimes               13 octosyllabes divisés en 3 strophes - 
Les 2 premiers octosyllabes se retrouvent en fin de la seconde strophe.
Le dernier vers est identique au premier. 
1ére strophe : rimes embrassées (ABBA)
2ème strophe : rimes croisées    (ABAB)°
3ème strophe : rimes embrassées, suivies de la reprise du premier vers du rondel.(ABBAA)



        Ecrire un rondel à partir de deux vers choisis * dans le poème :
        A Granville 1836 de Victor Hugo (Les contemplations)

* On pouvait/ devait s'accorder quelques libertés : Soit les vers de Victor Hugo étaient retravaillés en octosyllabes ; soit le sonnet était écrit en heptasyllabes...

Rondel - Dans la lande de Lessay 2015

L'hiver tousse, ce vieux phtisique
Et s'en va quand la brume fond.
Lorsque les rêves se défont,
Donnons rencart aux nostalgiques.

Dame Blanche, l'amnésique,
Près d'un vieux lavoir se morfond.
L'hiver tousse, ce vieux phtisique
Et s'en va quand la brume fond.

Ce n'était pas anachronique
De rechercher au plus profond
De la tourbière et ses bas-fonds
Son sourire mélancolique.
L'hiver tousse, ce vieux phtisique.

Brigitte





Rondel- Au bord de l'Ay 2015

Puisque l'amour pêche aux ruisseaux
Et que l'amour chasse au bocage,
Ne mets pas ton oiseau en cage !
Qu'aucun ne te mène en bateau !

Ferme la porte du château !
Quitte ton chantier, ses bardages
Puisque l'amour pêche aux ruisseaux
Et que l'amour chasse au bocage !

Valse musette au bord de l'eau
Ne te perds pas en bavardages !
Pour une fois, ne sois pas sage !
Et tu ne seras plus puceau,
Puisque l'amour pêche aux ruisseaux !

Brigitte




Sollicitude - (Antoine)                                                                 Mercredi 22

Sollicitude : (Franc Nohain - Nouvelles sollicitudes - Jacques Roubaud et Olivier Salon)
3 vers de même rime :
          Alexandrin
          Alexandrin
          Trisyllabique commençant par Qu'à …. 

avec calembour

Fini les jours heureux et les nuits de passion
Jamais ta verge n'humidifiera mon fion
Qu'a Stra Scions ?

Guérisseuse des maux de bien des petites filles
Abordable came au service des familles
Qu'a Momille ?

La corde au cou et à deux pas d'une guinguette
Claque plus lentement que danse Mistinguette
Qu'a  Sta Niette ?

Ne trouvant plus ses moufles, elle pestait de rage
Il l'aime!Ouf! l'âge lui réserve son pucelage
Qu'a Mouflage ?

Brigitte

Permutations (ANTOINE)
  1. Deux rondels sur deux vers de Victor Hugo (Granville, 1836, Les Contemplations)
Le toit espère la gerbe
Pain d’abord et chaume après
Des murs en bois de cyprès
A même le sol de l’herbe.
Le jeune ermite encore imberbe
Bâtit maison dans un pré
Le toit espère la gerbe
Pain d’abord et chaume après.
Des malveillants les mots acerbes
Cherchent à le blesser exprès
Lui cherche refuge auprès
De celui qui s’est fait Verbe
Le toit espère la gerbe.

Les petites ailes blanches
Sur les eaux et les sillons
Fleurissent les hortillons
En odorantes avalanches.
Aujourd’hui en ce dimanche
Volent en beaux tourbillons
Les petites ailes blanches
Sur les eaux et les sillons.
Disons vrai : la joie est franche
Chantons, dansons, rions !
Revêtons nos cotillons
Mettons galons à nos manches

Les petites ailes blanches.

2. Contrainte de Delmas- (Antoine)   Mercredi 22

Contrainte de Delmas :
Changer des lettres pour changer le sens d'un mot
>Exemples:
1.Longtemps je me suis couché de bonne heure
       ………………………douché ……………..
        ………………………mouché ……………..

2. Il se pâme devant les meufs
    Il se câme devant les keufs




Pousser la maison
Tousser la saison
Housser la Vaison
Mousser la raison

pêcher dans un lac
sécher dans un sac
bêcher dans un bac
pécher dans un Mac


 Collectif

2. Contrainte de Delmas, l’initiale qui change tout
(on a mis au pluriel les deux premiers noms pour permettre des substitutions autant féminines que masculines ; le jeu se fait pour l’oreille)

[Les] toits espèrent [les] gerbes
Pain d’abord et chaume après.   (Victor Hugo, A Granville)

(pain et fromage pour réjouir un pique-nique champêtre)
Les joies espèrent les herbes
Pain d’abord et chaume après. (ou tomme)

(boire et dormir dans les forêts de Belgrade)
Les bois espèrent les Serbes
Vin d’abord et somme après.


(le roi Germanicus, après sa victoire contre les Goths, attend triomphe à Rome)
Les rois espèrent les gerbes
Rhin d’abord et Rome après.

 (le résinier dans l’espoir d’une bonne récolte)
Des poix espère les gerbes
Pin d’abord et gomme après.

(Adam, s’initiant à la fumette, découvre stupéfié deux plaisirs avec Eve)
Les joies espère (légère beuh)
Sein d’abord et pomme après.
(de l’inconvénient de trop boire)
Vin d’abord et rhum après
Les foies espèrent les gerbes.

(manu militari quand la sommation ne suffit pas)
Les lois espèrent le verbe
Somme ! d’abord et pains après.


Jean-Luc Doutrelant

  1. Des sollicitudes
Nibal est mal. Regardez-le, il est tout pâle :
Près de lui plus d’amis, il n’en reste que dalle.
Qu’a Nibal ?
L’Veni va bien. L’Vidi va bien. Mais pas l’Vici.
Plus un cheveu sur son caillou : y’a plus un poil ici.
Qu’a l’Vici ?
Hans et Dol, deux requins chargés de la finance,
Se sont défenestrés d’avoir volé la France.
Qu’ont Dol et Hans ?
Un et A sont toujours les premiers. Mais voilà
Que Deux double Un et que B double A. Patatras !
Plus rien ne va. Sont-ils vexés ? Qu’a Un ? Qu’a A ?
Monsieur Ateur est artisan-décorateur.
Monsieur Cheura l’ennuie, un pur client râleur,
Toujours à pinailler… Qu’a Cheura ? dit Ateur.

Le roi ne sait plus conjuguer. Lire ? Essayons :
Lusse, Lusses, lût…, lussiez, lussent… Omission ?
Sire, qu’ont vos « lussions » ?

Line est d’humeur changeante. On fait des examens :
Bien-lunée aujourd’hui, quel effort surhumain !
Qu’a Line ce matin ? Qu’aura Line demain ?


 Jean-Luc Doutrelant


Poèmes autodatés pour les générations futures (Benoit)      Jeudi 22

Poèmes autodatés:
Un poème autodaté contient autant de vers que la date du jour,
chaque vers autant de mots que le chiffre correspondant

1. Ecrire un poème autodaté à la date d'aujourd'hui  [23 07 2015]: bilan du monde dans lequel on vit, adressé aux générations futures
2.Ecrire un poème autodaté d'une date future(date à laquelle on imagine que le poème sera lu par une génération future : message d'espoir ( ce que l'on rêve pour le futur)
3.Chercher le matériel pour recevoir les messages : bouteille en verre, liège, paraffine ;se rendre sur un lieu choisi en forêt et procéder à l'enterrement de la bouteille.



Pirouésie 2015
*
*
La page blanche attend d’être recouverte
De mots
*
Je
Me jette à l’eau.
(deux variantes « Guy Deflaux »)
Pirouésie 2015
Vide,
Vide,
La page. Elle attend d’être recouverte
De mots.
Vite !
Je
Me jette à l’eau.

Pirouésie 2015
Blanc,
Blanc
Le papier. Il attend d’être recouvert
De mots.
Blanc.
Quête de

Veau mollet, de mots volés.



Jean-Luc Doutrelant



2 - Un monde
3 - qui s'emballe
0 -
7 - Celui qui n'a rien s'écrase
2 - Consommation, compétition
0 -
1- Pirouésie
5 - Ilot d'amitié, de partage


3 - Prendre le temps
1 -de
1-  rêver
2 - de créer.
3- Tes lointains aïeux
4 - A travers les années
5 - Auront effacé toutes les frontières
6 - Communion culturelle entre tous les humains.

3 - plic ploc plac
1 - ouf
1 - clac
2.- cui cui
2.- -iuc iuc
1.- calc
1.- fou
3 - calp colp cilp




3 - Economie de mots
1 - Bonjour
1-  Bienvenue
2 - Bonne nuit
2-  A bientôt
1-  Viens
1 - Chérie
3 - Je t'aime

1 - Bonjour
2 - Bonne nuit
1 - Bienvenue
2.- les enfants
2.- Invitez-nous
3 - dans vos rêves
4.- le temps de vivre
5 -et le temps d'aimer
Brigitte


         Du fait-divers (HENRI)


Un fait-divers (dont on ne connaissait que le titre) : le Pape chassé d’un vestiaire de football
   Lors de son récent voyage en Amérique Latine, le pape François, faisant halte à Montevideo (Uruguay) a pris le temps d’assister à une rencontre de football opposant l’équipe locale à une équipe venue d’Argentine, autrement dit arrivée de l’autre côté du Rio de la Plata.
   A la mi-temps, les Argentins menaient 4 à zéro. Les joueurs uruguayens ont refusé que le Pape vienne les réconforter dans leur vestiaire pendant la pause, prétendant que celui-ci avait jeté un mauvais sort à leur gardien.
   - Qu’il prenne ses encycliques et ses claques, cet Argentin de Merde ! ont-ils déclaré.
(un autre) Une maladie très gênante
   Dans la petite ville de P* (département de la Manche), un certain nombre d’habitants se sont plaints du comportement de l’un de leurs concitoyens. Ce dernier a en effet pour habitude irrépressible de reprendre tout propos entendu et de le tourner en contrepétant à qui mieux mieux. « C’en est vraiment incommodant », déclare Mme X* sa voisine.
   Ausculté par le docteur Faustroll, le patient a reconnu sous la contrainte souffrir d’énurépoésie.

Jean-Luc Doutrelant

                                 Sonnet de visage              (Amélie)

Visage terrifiant qu'il faut vite oublier
Des cheveux clairsemés mi-blanc mi-jaune pâle
Un zone étendue immense et désertée
Décrire des sourcils si vilains...Non, je cale...

Orbites infinies et regard acéré
Et puis juste en dessous, des pommettes banales
Deux oreilles ? Mais non ! Deux choux-fleurs écartés
Un gigantesque pif à l'aspect anormal

Deux paquets rigolards surtout quand il sourit
Un moustache plate aux contours indécis
Devant des dent gâtées, des lèvres grassouillettes

Sous la bouche susdite, un menton tout mignon
L'édifice est bâti sur un cou de champion
Et je n'ai pas décrit ses belles rouflaquettes.


Sandrine Doriné


                                    Quinine de visage       (Amélie)

                                     Saint Gilles-Pirou

Le rocher est carié, gâté comme une dent
Sur l'océan le souffle, le vent d'un cheveu
Sable qui s'introduit dans la bouche et la peau
Le ressac discret qui mobilise l'oreille
Rien ne m'a obligé à même ouvrir un oeil.

Le soleil est absent, le ciel cherche son oeil
Sable noir du volcan qui crisse sous la dent
La musique des îles est douce à mon oreille.
Noir, crépu, blond normand, tout ça c'est du cheveu,
La couleur n'y fait rien et c'est comme la peau.

La teurgoule noire ! Du riz au lait la peau
Saute parfois de la cuillère au blanc de l'oeil
(Le cari de coco, il s'en faut d'un cheveu)
La cuisine des îles peut agacer la dent
Mais, mijotant longtemps, fait se dresser l'oreille.

L'accent normand parfois écorche mon oreille
Le créole là-bas est une seconde peau
Le cafre rigolard montrant très fort ses dents :
On comprend son parler en observant son oeil
Vocables zozotants, sur sa langue un cheveu.

La caresse d'un vent, le parfum d'un cheveu
Et la mer est la même, identique est l'oreille
On voit toujours du beau quand c'est par un seul oeil
St Gilles ou bien Pirou, je vous ai dans la peau
Le rocher est gâté, carié comme une dent.



Sandrine Doriné

Caviardages et collages - Philippe Lemaire 



Chantal Danjon 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire