Lecture finale 2013


Notes préparatoires à la vieillesse

Vieillir est parfois considéré comme une chance.
Y parvenir sans couler est difficile.
En 1850, l’espérance de vie des français  était de 40 ans.
À l’usage, les vieilles sont plus solides que les vieux.
Couler une bielle peut arriver à tout le monde.
Noyer une vieille est plus rare, même si ce n’est pas l’envie qui manque.
Être âgé, c’est entendre : Les vieux de Soissons bougent.
Et comprendre : Les yeux des poissons rouges.
Vieillir, c’est devenir mûr avant de finir blet.
Même s’il est possible d’être blet sans jamais avoir été mûr.
L’hypertrophie prostatique est un signe d’expérience.
La presbytie et la cataracte aussi.
À partir d’un certain âge, la plupart des hommes n’ont plus de prostate.
À quoi  servait la prostate après laquelle ils soupirent ?
Lunettes pour voir de près ou bien verres progressifs ?
Regarder un trottoir à travers des verres progressifs expose à un risque de chute.
La chirurgie de la cataracte modifie la perception  des couleurs.
Croquer la vie avec des implants ou avec un appareil dentaire ?
Un établissement d’hébergement pour personnes âgées de La Rochelle s’appelle l’EPHAD des Minimes.
Quand elle entend EPHAD, ma mère comprend épave.
Ce n’est pas parce-qu’on est flétri, sourd et malvoyant qu’on est nécessairement un imbécile.
On a beau dire, mais vieillir, à force, ça use.
Exprimer clairement ses dernières volontés est une politesse faite à ses descendants.
Inhumation ou crémation, il faut choisir
Sapin ou chêne ?
4 planches, c’est toujours 4 planches.
Vieillir n’empêche pas de mourir.

                    Placer les vieux en maison de retraite permet d’accélérer le processus.

                             Bérénice Rapilly 

 
Morale élémentaire d'haïkus -       Eté à Pirou           Pirouésie 2013           Atelier  OS vendredi matin





Village fantôme

Sous le pin perché,

Bergerie de plage

une ronce née d'un mur

sur l'écorce de bourdaine,

une plume dans la laisse

Rêves évanouis

une demoiselle.

Envol d'étourneaux



Longue promenade


à la plage d'Armanville :


Bipattes muets.



Habilleur d'ampoules,

Coraline a froid.

Plus besoin de plume,

Mots mêlés dans un chapeau,

Les hippocampes s'échauffent

La feuille reste sur l'arbre,

Merci Amélie.

au cœur des classiques.

Jiji improvise.



Devinette d'Olivier ?


La chaleur l'a fatigué :


Crée donc ta contrainte !



Musique et chansons

Le son sans l'image

Lente et monotone,

un dimanche soir d'été

 l'image sans le son, puis

Yonge Street à Toronto.

Elle chant'Oulipo

Yoyo fait rêver

Satie l'a senti.



L'archange vous salue


C'est pas l'art du dégradou


Sans maillot de bain




Ouvrir les fenêtres


Compter les repas


Chercher quelqu'un


Vider les poubelles


Ranger les livres


Comptabiliser


Ne pas s'ennuyer



Demoiselle éphémère

Emargination

rêves inavoués

Cherche un engouffreur d'arbres

entre ombilic et apex

paysages oustampillés

habilleur d'ampoules

étourneaux curieux

texte à terminer



barbules irisées


épanouissement posthume


Eté à Pirou


            Brigitte

Aucun commentaire:

Publier un commentaire